Apocalypse / L'homme est responsable de la fin du monde !

... Les règles de l'existence / Ce forum traite de sujets sur la troisième partie du Livre de Vie de l'Agneau.
Répondre
Avatar du membre
Julien
Administrateur
Messages : 514
Enregistré le : 02 sept. 2012, 18:15
Genre : Homme
Lecture du LVA : 15 mai 2005
Localisation : AUBE
Âge : 35
Contact :

Apocalypse / L'homme est responsable de la fin du monde !

Message par Julien » 01 sept. 2013, 17:42

Inévitable, la fin du monde n'est pas un événement imprévisible ni inattendu, mais l'aboutissement des mauvaises oeuvres de l'homme qui, par imprudence et manque de discernement, l'a fait venir sur lui ! La fin du monde des ténèbres L'avènement du Fils de l'homme prédit pour nos jours difficiles est un signe certain qui montre que le monde est arrivé à son terme. Cette fin du monde biblique prédite depuis des millénaires, notamment par le personnage de Jésus, ne sera pas le terme de toute vie sur Terre mais la fin de tout ce qui nuit à l'existence et à sa continuité ; ainsi qu'à toute autorité, toute puissance et toute domination de l'homme sur l'homme. Il s'agit de l'Apocalypse qui laissera place à un monde nouveau ( le Royaume de Dieu ), et aux véritables raisons de vivre de l'être humain.

Les quelques extraits suivants tirés du Livre de vie de l'Agneau (écrit du Fils de l'homme) donnent déjà quelques notions sur les causes et l'évidence de ce péril. (Toutefois, seule sa lecture complète permet d'en prendre entièrement conscience.)
Citation du Livre de Vie de l'Agneau :

Extrait du chapitre 14 : L'altération du monde
Les effets de la corruption (25) Trois choses conduisent invariablement à la fin : la TRANSGRESSION DE LA LOI (la loi de Dieu apportée par Moïse), qui a pour effet de faire perdre le respect de tout ce qui existe ; LE COMMERCE qui est la course au profit ; et LA GUERRE qui est la recherche de la suprématie. Ce sont là les causes de la mécanisation du monde qui ne pouvait qu’amplifier le désastre. Mais cette croissance n’est pas ce qui vous fait reculer ni remettre en cause vos propres convictions, parce que je vous vois remplis d’inquiétude lorsqu’elle n’est pas suffisamment importante. Même la grande quantité de blessés et de morts quotidiens ne font frémir personne. Pourtant les bêtes sont écrasées en très grand nombre ; les gens sont surmenés, meurtris, mutilés, angoissés, tourmentés, souvent dépressifs et désespérés ; le climat est détérioré ; tout ce qui est naturel s’en va et laisse la place aux maladies virulentes qui commettent des ravages parmi les populations. Mais personne ne s’élève pour combattre ces abominations parce que, tous, vous les admettez !

(26) La mécanisation a aussi pour effet de disloquer les familles, et de faire croître les villes démesurément. Aussi, comment des hommes, qui ont perdu toute dignité et tout bon sens, pourraient-ils voir que les villes qui se développent comme des tumeurs en rongeant les parties voisines sont la principale maladie de la Terre ? Mais la Terre va bientôt pousser un grand soupir de soulagement, lorsque les fléaux de la fin les auront effacées. Personne n’en est conscient cependant, car chacun de vous dit : j’ai confiance en l’homme ! Il saura redresser la situation...

(27) Il est cependant aisé de voir que la doctrine de l’homme : argent – pouvoir – profit est une doctrine de mort. Car cela s’entend aussi par : rentabilité, qui fait perdre le sens de l’existence, ainsi que par : défense des intérêts, qui amène invariablement la guerre sous toutes ses formes. C’est pourquoi ce monde de courses est un monde de folies qui laisse derrière lui une quantité considérable d’enfants qui ne peuvent pas suivre ; ainsi que beaucoup de gens essoufflés qui s’ajoutent au grand nombre d’exclus qui se meurent sur les cailloux. Cependant, le monde ne peut être qu’à l’image de ceux qui le bâtissent. Et qui sont ceux qui le bâtirent, si ce n’est les rois, les religieux, les riches, les trafiquants, les conquérants, les scientifiques et les militaires ? Que peut être un monde bâti par de tels individus ? C’est un monde corrompu, un monde de guerres, de dominations, d’injustices, de destruction, de sang, de douleurs et de désespoir. Car, animés par leur vanité insatiable, les hommes élevés fertilisent le mensonge qui enfante la détresse.
Les Écritures témoignent de la venue du Fils de l'homme, du Christ, pour la fin des siècles, de sa mission pour éclairer les peuples et séparer les justes des injustes (le blé et l'ivraie), juste avant la fin du monde.
Citation du Livre de Vie de l'Agneau :

Extrait du chapitre 51 : L'accomplissement de la prédiction

(1) Les Écritures expliquent que les hommes rejetteraient Dieu pour se faire un nom et établir eux-mêmes leurs règles, et qu’ils périraient pour cette excessive vanité. Mais personne ne l’a entendu. C’est pourquoi, en ce jour, les nations s’aperçoivent qu’elles sont ensemble dans l’erreur, qu’elles ont travaillé à leur ruine, car la situation périlleuse dans laquelle elles se trouvent ne peut être rétablie.

(2) Dorénavant, toutes les portes se ferment, et ceux qui travaillent sont rejetés. La désolation s’accroît dans tous les pays. Elle touche les enfants et fait monter l’angoisse, car il apparaît à tous que ce monde ne laisse aucun espoir aux générations à venir. Il ne servirait donc à rien de retracer minutieusement le passé de l’humanité pour comprendre où nous en sommes, d’autant qu’avec la seule évolution des armes, nous connaissons ce que fut l’histoire des nations et leur mouvement irréversible qui les conduit depuis toujours à la fin.
Description des derniers temps (3) Le passé de notre monde ne fut donc que dissensions et conflits, parce qu’en ne sachant pas qu’il n’y a que la connaissance à conquérir sur la Terre et dans le ciel, l’homme s’est trompé de voie. Ce ne fut alors que guerres sur guerres suivies d’accalmies qui n’étaient que temps de préparation de guerre jusqu’à aujourd’hui où les guerres de religions, de conquêtes, d’intérêts, de frontières et de suprématie persistent, et sont la cause de massacres et de ravages toujours plus odieux dans le monde. Une nation s’élève contre une autre nation, et un royaume contre un royaume, comme cela était prédit. Ce qui montre que ce monde est véritablement à son terme.

(4) Pour ceux qui ne possèdent pas les Écritures, voici encore, dans son ensemble cette fois, la description des temps de la fin qu’elles annoncent. Pour votre salut, tâchez de lire convenablement ce passage que vos pères n’ont jamais pu lire en deux mille ans:

Comme Jésus s’en allait, au sortir du temple (après qu’il eut enseigné la foule), ses disciples s’approchèrent pour lui en faire remarquer les constructions. Mais il leur dit : Voyez-vous tout cela ? Je vous le dis en vérité, il ne restera pas ici pierre sur pierre qui ne soit renversée (la démolition des édifices religieux).
Il s’assit sur la montagne des oliviers
(les deux oliviers : Moïse et Élie). Et les disciples vinrent en particulier lui faire cette question : Dis-nous quand cela arrivera-t-il, et quel sera le signe de ton avènement et de la fin du monde ? Jésus leur répondit : Prenez garde que personne ne vous séduise. Car plusieurs viendront sous mon nom, disant : C’est moi qui suis le Christ. Et ils séduiront beaucoup de gens (c’est ce que font les chefs de sectes). Vous entendrez parler de guerres et de bruits de guerres : gardez-vous d’être troublés, car il faut que ces choses arrivent. Mais ce ne sera pas encore la fin. Une nation s’élèvera contre une nation, et un royaume contre un royaume (comme cela se produit aujourd’hui), et il y aura en divers lieux des famines et des tremblements de terre. Tout cela ne sera que le commencement des douleurs.
Alors, on vous livrera aux tourments, et on vous fera mourir ; et vous serez haïs de toutes les nations, à cause de mon nom
(en raison du livre de vie). Alors aussi plusieurs succomberont, et ils se trahiront, se haïront les uns les autres. Plusieurs faux prophètes s’élèveront, et ils séduiront beaucoup de gens. Et, parce que l’iniquité se sera accrue, la charité du plus grand nombre se refroidira. Mais celui qui persévérera jusqu’à la fin sera sauvé. Cette bonne nouvelle du royaume sera prêchée dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin.
C’est pourquoi, lorsque vous verrez l’abomination de la désolation, dont a parlé le prophète Daniel, établie en lieux saints, – que celui qui lit fasse attention ! – Alors, que ceux qui seront en Judée
(signifiant la plaine) fuient dans les montagnes ; que celui qui sera sur le toit (élevé) ne descende pas prendre ce qui est dans sa maison ; et que celui qui sera dans les champs (de la connaissance) ne retourne pas en arrière pour prendre son manteau (exclure les prétextes pour ne pas revenir en arrière). Malheur aux femmes qui seront enceintes et à celles qui allaiteront en ces jours-là ! Priez pour que votre fuite (dans les montagnes) n’arrive pas en hiver, ni un jour de sabbat (où tout le monde sommeille). Car alors, la détresse sera si grande qu’il n’y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu’à présent, et qu’il n’y en aura jamais (promesse de Dieu à Noé). Et, si ces jours n’étaient abrégés, personne ne serait sauvé ; mais, à cause des élus, ces jours seront abrégés.
Si quelqu’un vous dit alors : Le Christ est ici, ou : Il est là,
(avant qu’il n’arrive) ne le croyez pas. Car il s’élèvera de faux christs et de faux prophètes ; ils feront de grands prodiges et des miracles, au point de séduire, s’il était possible, même les élus. Voici, je vous l’ai annoncé d’avance. Si donc on vous dit : Voici, il (le Fils) est dans le désert, n’y allez pas ; voici, il est dans les chambres (où siègent les grands), ne le croyez pas. Car, comme l’éclair part de l’orient et se montre jusqu’en occident, ainsi sera l’avènement du Fils de l’homme (la nouvelle se répandra aussi vite que la foudre).
Aussitôt après ces jours de détresse, le Soleil s’obscurcira, la Lune ne donnera plus sa lumière, les étoiles tomberont du ciel, et les puissances des cieux seront ébranlées
(la consternation). Alors le signe du Fils de l’homme paraîtra dans le ciel, toutes les tribus de la terre se lamenteront, et elles verront le Fils de l’homme venant sur les nuées du ciel (tous les appelés) avec puissance et une grande gloire. Il enverra ses anges (ceux qui le servent) avec la trompette retentissante, et ils rassembleront ses élus des quatre vents, depuis une extrémité des cieux jusqu’à l’autre (sur toute la face de la Terre). Instruisez-vous par une comparaison tirée du figuier. Dès que ses branches deviennent tendres, et que les feuilles poussent, vous connaissez que l’été est proche. De même, quand vous verrez toutes ces choses, sachez que le Fils de l’homme est proche, à la porte. Je vous le dis en vérité, cette génération ne passera point sans que tout cela n’arrive. Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point.
Pour ce qui est du jour et de l’heure, personne ne le sait, ni les anges des cieux, ni le Fils, mais le Père seul. Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même à l’avènement du Fils de l’homme. Car, dans les jours qui précédèrent le déluge, les hommes mangeaient et buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche
(le livre) ; et ils ne se doutèrent de rien, jusqu’à ce que le déluge vînt et les emportât tous : il en sera de même à l’avènement du Fils de l’homme. Alors de deux hommes qui seront dans un champ, l’un sera pris et l’autre laissé ; de deux femmes qui moudront à la meule, l’une sera prise et l’autre laissée (ceux qui comprennent et ceux qui ne comprennent pas). Veillez donc, puisque vous ne savez pas quel jour votre Seigneur viendra.
Craignez qu’il ne vous trouve endormis à son arrivée soudaine. Ce que je vous dis, je le dis à tous : Veillez.


(5) L’explication de tout ceci n’est plus à faire, car désormais chacun comprend ce qui est dit. Je montrerai pourquoi le monde sera détruit avec une telle rapidité, et comment vous pourrez y échapper. Pour l’instant, remarquez que tout ce qui est annoncé par Jésus n’est pas encore accompli, sinon l’apocalypse serait déjà passée et vous seriez dans le royaume.

(6) Avec l’ensemble de ce qui a été démontré jusqu’ici, vous êtes obligés de comprendre cet avertissement de Jésus. Puisqu’il dit : cette génération ne passera point sans que tout cela n’arrive, cessez de croire que le Fils de l’homme, qu’il annonce, existait en chair et en os au temps de Jean car, si tel était le cas, sa génération aurait connu ce qu’annonce Jésus. Eh quoi ! la fin du monde serait venue il y a deux mille ans, et depuis lors on ne s’en souviendrait plus ?

(7) Veillez plutôt à ne pas être endormis aujourd’hui, comme Jésus le préconise à tous, parce qu’il s’agit bien du jour de l’avènement du Fils de l’homme et du rassemblement des agneaux. Si vous ne voulez pas croire en moi ni en Celui qui m’envoie, comment expliquerez-vous le Fils de l’homme que Jésus annonce, ainsi que ce qui se produit au jour de sa venue ? ********** La certitude du changement (19) Croyez que le nouveau monde arrive, d’autant que tout ce qui est nécessaire à sa venue est désormais en place sur la Terre et autour de la Terre, par delà les nuages. Il n’y manque absolument rien, pas même cet appareillage avec lequel on peut communiquer avec le monde entier et dont on fera usage, parce qu’il a aussi pour but de servir celui que l’Éternel a envoyé. Mais ce que j’entends dire sur l’apocalypse qui précède le royaume de Dieu est stupéfiant ! Car les uns affirment qu’il s’agit d’un trouble des facultés des prophètes, qu’elle est imaginaire de ce fait, et qu’elle ne surviendra jamais... D’autres prétendent qu’elle sera due à un quelconque phénomène provenant du sol ou d’un corps céleste, et que ce sera la fin de toute existence... Dans les ténèbres, personne ne parvient à saisir qu’elle est liée à la responsabilité humaine. Nul ne comprend que ce sont les hommes eux-mêmes qui, en transgressant la loi, l’ont fait venir sur eux.

(20) Aussi écoutez-moi, hommes peu enclins à la compréhension ! Trois choses distinctes provoqueront forcément cette fameuse apocalypse : La première proviendra forcément de l’introduction de la vérité dans le monde du mensonge. Ce qui suffira amplement à changer l’homme et ses projets. La deuxième sera due aux élus de Dieu. Car, en voyant arriver le terme de ce monde, ils se retireront un instant sur les montagnes de leurs pays pour échapper au déluge de feu, d’eau et de grêle. Leur retrait précipitera la chute des nations. La troisième viendra de ceux qui règnent dans les nations industrielles et fortement armées. Car ces hommes, jusque-là sûrs d’eux-mêmes et de leurs pouvoirs, seront pris de folie lorsque ceux qui les entretenaient se retireront de leur milieu. Sachant qu’ils ne pourront survivre à leur départ et à la chute des villes, leur effroi grandira jusqu’à ce qu’ils utilisent leurs armes nucléaires avant de disparaître à tout jamais.

(21) La fin est donc aujourd’hui inéluctable. Toutefois, afin qu’il n’y ait point de confusions dans vos esprits, pensez que, sans l’apocalypse, ce serait la fin de toute existence, ne serait-ce que par la prolifération des humains qui transforment la Terre verdoyante en un désert. Ce qui a déjà largement commencé. Car cette prolifération outrancière est aussi la conséquence de l’appauvrissement des peuples déstabilisés par ceux que Dieu abomine. Mais la fin viendrait également par l’empoisonnement croissant des denrées alimentaires ; par la modification des organismes vivants ; par le déboisement et la disparition des espèces sauvages ; par les souillures et les pollutions grandissantes ; par le manque d’eau potable ; et par le développement effréné des villes qui engendrent la promiscuité, la misère, la violence, l’irrespect et le lot de maladies virulentes et incurables que l’on connaît. Mais en vérité, le seul et rapide changement climatique dû aux activités humaines, suffirait à emporter le monde en peu de temps. Et là, il n’y aurait point de survivants.

(22) L’accomplissement de la prédiction est donc nécessaire. Abstenez-vous cependant de penser que le livre de vie est la cause de la fin du monde. Il est au contraire l’arche qui sauvera ceux qui ne doivent point périr et qui périraient sans elle. Aucun livre ne peut mettre un terme au monde ! Bien qu’il soit cette étoile (cette lumière) qui tombe sur la Terre et rend les eaux amères, n’écoutez pas ce que vos dirigeants vous diront contre moi pour vous dissuader de me suivre. Car, contrairement à eux qui vous maintiennent assis aux pieds de la mort, moi le Fils, je ne dispose que du pouvoir de vous faire lever pour vous sauver.
Citation du Livre de Vie de l'Agneau :

Extrait du chapitre 52 : La chute du monde
Le dernier avertissement (4) Le jour de la fureur de Dieu est un jour terrible pour l’humanité, auquel personne ne crut cependant, à cause des sectes qui dénaturèrent les propos des prophètes. Qui a cru à l’accomplissement de la prophétie, exprimée aussi de cette façon :

Le grand jour de l’Éternel est proche,
Il est proche, il arrive en toute hâte ;
Le jour de l’Éternel fait entendre sa voix,
Et le héros pousse des cris amers.
Ce jour est un jour de fureur,
Un jour de détresse et d’angoisse,
Un jour de ravage et de destruction,
Un jour de ténèbres et d’obscurité,
Un jour de nuée et de brouillards,
Un jour où retentiront la trompette et les cris de guerre,
Contre les villes fortes et les tours élevées.
Je mettrai les hommes dans la détresse,
Et ils marcheront comme des aveugles,
Parce qu’ils ont péché contre l’Éternel ;
Je répandrai leur sang comme de la poussière,
Et leur chair comme de l’ordure.
Ni leur argent ni leur or ne pourront les délivrer,
Au jour de la fureur de l’Éternel ;
Par le feu de sa jalousie tout le pays sera consumé ;
Car il détruira soudain tous les habitants du pays.


Les nations sont aussi prévenues :

Rentrez en vous-mêmes, examinez-vous,
Nations sans pudeur,
Avant que le décret s’exécute,
Et que ce jour passe comme la balle,
Avant que la colère ardente de l’Éternel fonde sur vous !
Cherchez l’Éternel, vous tous, humbles du pays,
Qui pratiquez ses ordonnances !
Recherchez la justice, recherchez l’humilité !
Peut-être serez-vous épargnés au jour de la colère de l’Éternel.


(5) Depuis Adam jusqu’à l’Agneau, l’Écriture annonce sans relâche ce grand jour de vengeance et de rétribution. Il s’agit de l’apocalypse. Ce sont donc les Écritures et non les sectes qui annoncent la fin du monde. Beaucoup de sectes religieuses ne parlent que de cette fin cependant, pour se faire des adeptes et vivre de leur peur ; mais elles ne savent ni ce qu’elles disent ni ce qu’elles font, je vous le dis. Qu’elles soient anciennes ou récentes, fermez-vous à elles, vous y gagnerez la vie.

(6) Depuis toujours annoncée, la fin du monde ne peut se produire sans que l’humanité sache exactement de quoi il s’agit et pourquoi elle arrive. Sans quoi les rescapés, qui n’auraient pas été enseignés ni séparés des incirconcis au préalable, se soumettraient à nouveau aux lois de leurs pères, et recommenceraient leurs oeuvres jusqu’à ce que toute chose meure. Ce qui ne peut arriver.

(7) Les coupables de ce désastre n’ont plus leur place sur cette planète qu’ils n’ont point créée et qui ne leur appartient pas. Bien qu’ils aient été nécessaires cependant pour développer le mal jusqu’à l’horreur, ils vont devoir maintenant affronter la tempête qu’ils ont soulevée et qui les emportera jusqu’au dernier. Leur iniquité tombera, leur arrogance diminuera. Ils brûleront l’un l’autre ensemble, et il n’y aura personne pour éteindre ! Dans leur détresse, ils ouvriront encore la bouche pour blasphémer, mais aucun son ne sortira de leur gosier. Les gens du peuple leur tourneront le dos. Alors, avant d’être engloutis, ils comprendront ce qu’est leur monde et pourquoi Dieu le détruit aujourd’hui.

(8) A cause de l’errance des chefs de peuples, des tensions se développent et se multiplient dans tous les pays. Mais avec les puissantes armes dont elles se sont couvertes, les nations dominantes pensent néanmoins pouvoir asseoir aujourd’hui la paix et la sécurité sur la Terre entière. Et c’est là que commence le drame du châtiment. Car, étourdis par leurs dirigeants, les peuples s’abritent derrière ce qui peut les exterminer en un instant... Une telle attitude, n’est-elle pas le comble de l’inconséquence des jugements humains ?

(9) C’est ainsi que les armes ont proliféré et qu’elles seront utilisées, d’autant plus que l’homme s’est toujours servi de ce qu’il a créé. Méfiez-vous alors de l’incohérence de ceux qui ont fait venir les armes atomiques et qui affirment que personne n’en fera usage. Car seuls des fous peuvent dire : nous faisons des charrues en grand nombre pour ne pas labourer les champs ! N’est-ce point la nécessité d’enfouir les mauvaises herbes et de renouveler la terre qui crée le besoin de faire des charrues ? Pareillement, tout ce qui doit disparaître du monde a progressivement fait venir ces armes de Satan avec lesquelles les grandes agglomérations seront à jamais anéanties avec tout ce qui doit, comme elles, s’en aller.

(10) Habitants des villes, ces chaudières fumantes dans lesquelles vous cuisez vous permettront-elles encore d’entendre ce que je dis ? Comme les habitants de Sodome et Gomorrhe, vous direz, vous aussi : c’est une plaisanterie ! Car, en ne pouvant appréhender la réalité, c’est ce qu’ils disent aux deux anges (Moïse et Élie) qui arrivent sur le soir (le soir du monde) pour les avertir que leurs villes vont être réduites en cendres. J’ai déjà expliqué que Sodome et Gomorrhe ne sont point deux villes d’autrefois, mais l’image et le contenu des grandes villes d’aujourd’hui où se développent toujours plus la corruption, la violence, la fraude, la pollution, la perversion et la maladie. C’est pourquoi, lorsqu’on observe une grande ville d’en haut, on voit une tumeur qui se développe et non une gloire ! Et ceux qui en sont fiers, sont fiers d’une tumeur croissante par qui vient la fin. La raison de leur destruction ne peut alors vous échapper.
********** Le déluge de feu et d'eau (16) Cet embrasement se produira dans beaucoup de pays. Et, en raison de l’interdépendance des nations, la première d’entre elles qui tombera entraînera les autres dans sa chute. Alors déjà excitées les unes contre les autres par leurs désaccords, les plus arrogantes utiliseront abondamment leurs puissantes armes contre leurs ennemies de toujours. Il n’y aura aucun ordre dans cette ultime destruction. Ce sera la confusion et la folie que rien n’arrêtera, si ce n’est leur propre anéantissement.

(17) Ces nations utiliseront leurs armes toutes ensemble. Dans cette bataille et durant un temps assez court, le feu nucléaire et ses incendies (l’étang de feu), s’abattront sur les villes et provoqueront un déluge d’eau et de grêle. Vous savez en effet qu’un seul grand volcan qui se réveille peut assombrir le ciel par les poussières et les fumées qu’il crache soudainement. Et si plusieurs grands volcans faisaient éruption ensemble, ils formeraient un immense et unique nuage de poussières qui, avec les nuages existants, envelopperait la Terre en faisant écran au Soleil. La conséquence serait une intense condensation atmosphérique par refroidissement, puis de fortes précipitations de pluies et de grêles.

(18) Imaginez alors le même phénomène se produisant avec des milliers de volcans nucléaires (explosions) qui élèveront au ciel les poussières des grandes villes détruites, une intense chaleur et les fumées des innombrables incendies. Vous aurez alors une représentation des fortes pluies et des grosses grêles qui s’abattront sur le sol, en achevant de détruire ce qui aura été épargné.

(19) Dans les deux hémisphères, il fera sombre à cause de ce nuage, et froid partout. Il y aura de la glace. Durant quelque temps, où que l’on soit et tel que l’Écriture l’annonce, on ne verra plus le Soleil, ni la Lune, ni les étoiles. Ce sera obscur et ténébreux. Puis viendra le déluge purificateur. Celui-ci sera salutaire, parce qu’il contiendra les effets destructeurs des boules de feu, et lavera l’air et le sol des poussières radioactives qui seront en grande partie entraînées par les eaux impétueuses jusqu’au fond de la mer où elles seront maîtrisées.

(20) Parce qu’une puissante source de chaleur dans l’atmosphère provoque la pluie par refroidissement, les explosions nucléaires se feront dans le déluge d’eau et de grêle. Alors cette pluie, forte et immense, contiendra les effets destructeurs de ces armes, qui seront limités à de plus petites distances de leur explosion – Satan commandera le feu, Dieu lui répondra par la pluie – Et vous, vous ne risquerez rien, car vous serez déjà à l’abri sur les montagnes de vos pays. Cependant, vous devrez vous méfier à la fois des explosions, des radiations, de l’eau, de la grêle et du froid, et vous tenir au chaud loin des villes, dans des lieux suffisamment élevés et abrités.

(21) Ne soyez point effrayés toutefois car, dans les montagnes, vous serez protégés. Vous verrez tout au plus quelques lumières longues et puissantes au loin, qu’il fera nuit à midi à cause du grand nuage noir, et froid partout. Alors, et conformément à ce qui est prédit, les puissances des cieux seront ébranlées et provoqueront le déluge. Mais gardez vos coeurs paisibles, vous les circoncis, vos vies sont précieuses. Le Père vous protégera de ces terribles fléaux qui se produiront et vers lesquelles chaque jour qui passe vous rapproche.

(22)Vous savez, cette fois, que l’apocalypse commence par la résurrection des morts qu’opère le Fils et la séparation des hommes qui s’en suit, et qu’elle se termine par ce fameux déluge protecteur et purificateur. Vous voyez ainsi distinctement comment les fléaux se déclencheront l’un l’autre dans une parfaite cohérence. Ce qui débarrassera à jamais la Terre de ceux qui l’auront maltraitée.
Le signe de Jonas et la destruction de Ninive :
Citation du Livre de Vie de l'Agneau :

Extrait du chapitre 53 : Les derniers jours

(7) Dans ces temps difficiles de la fin, l’homme est aux prises avec beaucoup d’incertitudes. Mais il a aussi des certitudes, comme les jours et les nuits qui se succèdent invariablement, ou comme l’amplification du mal qui amène forcément la fin du monde bâti sur le mensonge. Il y a donc ce que l’on peut nier et ce qui est indéniable. Et le saccage de la Terre est un mouvement irréversible vers la fin qui ne peut être nié que par ceux qui n’ont plus de lucidité.

(8) L’Écriture annonce encore, par Paul :

Sachez que, dans les derniers jours, il y aura des temps difficiles. Car les hommes seront égoïstes, amis de l’argent, fanfarons, hautains, blasphémateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, insensibles, déloyaux, irréligieux, calomniateurs, intempérants, cruels, ennemis des gens de bien, traîtres, emportés, enflés d’orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu, ayant l’apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait la force. Éloigne-toi de ces hommes-là.

Parce que nous sommes dans ces fameux derniers jours évoqués par Paul, les hommes sont bien tels qu’ils sont qualifiés. Je cite ce passage de l’Écriture pour montrer aussi ce que vous deveniez dans vos villes au soir du monde car, après moi, il n’y aura plus personne pour vous relever.

(9) Si un vieil homme voyait qu’une ville allait être engloutie par un glissement de terrain, il dirait à son fils : mon fils, hâte-toi d’aller expliquer aux gens de la ville qu’ils vont être ensevelis s’ils n’en sortent pas. Alors ce fils s’empresserait d’aller avertir les gens. Il craindrait toutefois qu’après avoir fait évacuer rapidement les habitants, le glissement de terrain tarde à se produire et que les gens le traitent de menteur. Cette crainte (qui est celle de Jonas) est la mienne, parce que j’annonce la destruction prochaine des villes sans en connaître le moment exact, seul Dieu le sait. Mais l’introduction de la vérité dans le monde par le Fils annoncé, signifie qu’il n’y a plus de délai pour cet accomplissement.

(10) En ce qui concerne Jonas dans l’Écriture, qu’aviez-vous cru ? Sachez que Jonas dans un grand poisson, signifie le Fils de l’homme dans le personnage du Christ, qui est ce grand poisson, et non ce que vous lisez dans le sens de la lettre. Tout ce que vit Jonas, qui s’en va dire aux habitants de Ninive que la fin de leur ville est proche, est ce que je vis en vous annonçant ce qui va arriver prochainement à la grande ville. Croyez cela, car vous n’aurez pas d’autres signes de l’accomplissement de la prophétie que celui que vous donne Jonas, dans la cabane duquel je me trouve. C’est aussi ce que répond Jésus à ceux qui leur demandent un signe leur montrant clairement ce qui va se produire. Il leur dit :

Vous n’aurez pas d’autres signes que Jonas.

(11) Pour comprendre l’Écriture, je dis encore que lorsque l’Éternel me fit connaître ce qui allait arriver aux villes, comme Jonas, je tentai de m’enfuir loin de Sa face. Mais je vis qu’un vent impétueux s’était levé, menaçant de faire périr le monde, ainsi que je l’ai expliqué dès le début. Et, comme Jonas et Jésus le font, je m’endormis profondément. Cela dura jusqu’à ce que l’on me réveille pour calmer la tempête et pour sauver ce qui ne devait point périr.

(12) Ceci est pour expliquer ce que vous lisez de Jonas, dans l’ancien testament, et qui est aussi exprimé de cette façon dans le nouveau testament :

Et voici, il s’éleva sur la mer une si grande tempête que la barque était couverte par les flots. Et lui (Jésus), il dormait. Les disciples s’étant approchés le réveillèrent et dirent : Seigneur, sauve-nous, nous périssons !

Comme Jésus se réveille, Jonas se réveille et finit par se jeter à la mer. Disons plutôt qu’il y est jeté pour calmer les vents et les flots. Cela signifie que sans mes prédécesseurs qui me poussèrent à me jeter à la mer pour apaiser la tempête et sauver le monde, je ne l’aurais point fait de moi-même. Car l’ampleur de la tâche me paraissait beaucoup trop grande et difficile à réaliser dans ce monde où les hommes ne distinguent plus rien. Mais après m’être jeté à l’eau comme Jonas ou comme Pierre, je me suis rapidement retrouvé dans le personnage du Schilo, dans ce grand poisson qui me ramena sur terre pour éclairer les nations et avertir les gens des grandes villes de ce qui allait leur arriver.

(13) Vous avez lu, en Jonas, qu’il faut trois jours de marche pour traverser Ninive. Or, ces trois jours représentent une centaine de kilomètres d’étendue. Ce qui signifie que Ninive ou autres grandes villes des Écritures montrées en exemple, ne sont pas des villes réelles mais seulement les représentations de ce que sont les immenses villes d’aujourd’hui ; d’autant que dans les temps anciens, des villes aussi étalées ne pouvaient exister. Comprenez alors ce que l’on vous explique avec patience.

Répondre