La bonne nouvelle de la venue du Royaume de Dieu.

... Les règles de l'existence / Ce forum traite de sujets sur la troisième partie du Livre de Vie de l'Agneau.
Répondre
Avatar du membre
Julien
Administrateur
Messages : 514
Enregistré le : 02 sept. 2012, 18:15
Genre : Homme
Lecture du LVA : 15 mai 2005
Localisation : AUBE
Âge : 35
Contact :

La bonne nouvelle de la venue du Royaume de Dieu.

Message par Julien » 01 sept. 2013, 17:41

Le Royaume de Dieu est la Terre entière promise aux saints d'esprit à la fin des siècles. C'est le sanctuaire, le septième jour de la Création de Dieu exprimé par Moïse dans la Genèse, et le lieu de son repos. Un monde nouveau délivré de toute autorité, toute puissance, toute domination, et avec la seule loi de Dieu pour tous les peuples. Il résulte de la destruction de ce monde présent et de la séparation des hommes :

Jésus leur proposa une autre parabole, et il dit : Le royaume des cieux est semblable à un homme qui a semé une bonne semence dans son champ. Mais, pendant que les gens dormaient, son ennemi vint, sema de l’ivraie parmi le blé, et s’en alla. Lorsque l’herbe eut poussé et donné du fruit, l’ivraie parut aussi. Les serviteurs du maître de la maison vinrent lui dire : Seigneur, n’as-tu pas semé une bonne semence dans ton champ ? D’où vient donc qu’il y a de l’ivraie ? Il leur répondit : C’est un ennemi qui a fait cela. Et les serviteurs lui dirent : Veux-tu que nous allions l’arracher ? Non, dit-il, de peur qu’en arrachant l’ivraie, vous ne déraciniez en même temps le blé. Laissez croître ensemble l’un et l’autre jusqu’à la moisson et, à l’époque de la moisson, je dirai aux moissonneurs : Arrachez d’abord l’ivraie, et liez-la en gerbes pour la brûler, mais amassez le blé dans mon grenier. (Matthieu_13.24-30)

Quelques temps après, ses disciples lui demandèrent avec insistance :

Explique-nous la parabole de l’ivraie du champ. Il répondit : Celui qui sème la bonne semence, c’est le Fils de l’homme ; le champ, c’est le monde ; la bonne semence, ce sont les fils du royaume (les élus) ; l’ivraie, ce sont les fils du malin (les impies) ; l’ennemi qui l’a semé c’est le diable ; la moisson, c’est la fin du monde ; les moissonneurs, ce sont les anges (ceux qui naissent à nouveau de l'esprit). Or, comme on arrache l’ivraie et qu’on la jette au feu, il en sera de même à la fin du monde. Le Fils de l’homme enverra ses anges, qui arracheront de son royaume tous les scandales et ceux qui commettent l’iniquité ; et ils les jetteront dans la fournaise ardente, où il y aura des pleurs et des grincements de dents. Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur Père. Que celui qui a des oreilles pour entendre, entende ! (Matthieu_13.37-43)

Le livre de vie de l'Agneau, écrit du Fils de l'homme, est la porte étroite par laquelle il faut passer pour entrer dans le Royaume de Dieu ! Il s'agit de la pâque et de l'ascension de l'homme ténèbres qui s'éclaire pour devenir ange. Et, comme indiqué dans l'Apocalypse, ceux qui n'y trouveront point leur nom écrit seront jetés dans l'étang de feu (le feu nucléaire et ses incendies), ils n'effectueront pas le passage.

C'est à dire que ceux qui n'approuveront pas la parole de Dieu exprimée dans ce livre et dans les Écritures, par laquelle le monde est jugé, périront par l'un des fléaux de la fin car, préférant placer leur confiance en l'homme et ne se sentant pas concernés par la prophétie, ils ne pourront s'y reconnaître ni saisir ce qu'il se produit aujourd'hui avec la venue du messager.

Jésus dit :

Car quiconque aura honte de moi et de mes paroles au milieu de cette génération adultère et pécheresse, le Fils de l'homme aura aussi honte de lui, quand il viendra dans la gloire de son Père, avec les saints anges. (Marc_8.38)

Puis il ajoute :

Je vous le dis en vérité, quelques-uns de ceux qui sont ici ne mourront point, qu'ils n'aient vu le royaume de Dieu venir avec puissance. (Marc_9.1)

Puisque la fin du monde annoncé par Jésus, qui précède le Royaume, ne s'est point encore produite, c'est qu'elle s'entend seulement maintenant avec la venue de l'Agneau, du Fils de l'homme, dont Jésus était la représentation. Trouvez ceci dans ce passage :

Cette bonne nouvelle du royaume sera prêchée dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin. (Matthieu_24.14)

Il est certain que si le Fils de Dieu avait vécut au temps de Jean-Baptiste, nous saurions ce qu'est la résurrection des morts à laquelle il est le premier de tous à prendre part ! Ainsi que le Royaume de Dieu, la vie éternelle, le jugement et la vérité sur toutes choses... Par le personnage de Jésus, Jean (auteur du nouveau testament) a simulé la venue du sauveur pour montrer à tous ce qu'il accomplirait ; pour que celui-ci puisse se lever au temps marqué avec puissance et témoignages ; et pour débusquer les imposteurs qui s'empareraient de la prophétie.
Citation du Livre de Vie de l'Agneau :

Extrait du chapitre 15 du Livre de vie de l'Agneau : Le renouvellement de toutes choses

La progression du monde
(2) Il y a deux mille ans de cela, Jésus dit : J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant. Quand le consolateur sera venu, l'Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité ; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu'il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir. Cela signifie que vos esprits devaient d’abord se former par les expériences acquises, pour pouvoir ensuite les porter. Mais si vous n’avez point entendu lorsqu’il disait que vos esprits devaient se former avant qu’ils puissent porter la vérité, alors vous n’avez point su ce qu’il adviendrait le jour où vous porteriez cette vérité, ni que ce jour viendrait à l’improviste. Cependant vous auriez dû le pressentir, et attendre la venue du royaume car, dit-il encore :

Il en est du royaume de Dieu, comme quand un homme jette de la semence en terre ; qu’il dorme ou qu’il veille, nuit et jour, la semence germe et croît sans qu’il sache comment. La terre produit d’elle-même, d’abord l’herbe, puis l’épi, puis le grain tout formé dans l’épi. Et dès que le fruit est mûr, on y met la faucille, car la moisson est là.

Ceci montre que, quoi qu’ils fassent, les hommes se forment dans les âges et que, le jour où ils arrivent à maturité et apprennent la vérité, Dieu choisit les siens et les fait entrer dans son royaume. La moisson montrée en exemple est arrivée, il ne reste qu’à passer la faucille. Et c’est ce que je fais, car vos esprits réclament aujourd’hui autre chose que ce qui se pratique dans le monde. En effet, vous êtes tous en attente d’un événement qui apportera le changement. Mais nul ne sait ce qu’il adviendra.
Comme ce fut avec Moïse, Dieu (qui est Esprit) ne s'adresse pas au monde qui n'a pas de tête, mais s'exprime par celui qu'il se choisit d'entre les hommes et qu'il élève jusqu'à lui pour lui faire accomplir sa volonté. Après avoir suscité son Fils et l'avoir vêtit de la connaissance, Dieu lui fit connaître la loi de sa nouvelle alliance, écrite dans ce livre de vie, avec laquelle il tiendrait l'homme éloigné du mal et assiérait son règne sur cette Terre.
Citation du Livre de Vie de l'Agneau :

Extrait du chapitre 55 : Le règne de l'Esprit saint

Sur la force de la loi
(3) Ceux qui ne pourront quitter l’esprit terrestre, pour acquérir l’esprit céleste, ne comprendront pas que la loi ne peut être promulguée que par celui qui est éclairé par les sept lampes du chandelier. Pourraient-ils alors voir la délivrance des âmes dans les préceptes et les ordonnances ? Ils y verront au contraire des empêchements de vivre et un danger pour tous. Comment ferons-nous, diront-ils, si on ne nous fournit plus tout ce dont nous avons besoin pour vivre ? Cette loi qui ne défend que la Terre, la plante, la bête, la personne humaine, la justice et la postérité, peut-elle être pratiquée par tous les peuples ? Nul n’est encore prêt pour en faire sa raison de vivre, et rien ne changera dans les prochains jours ! en concluront-ils.

(4) Quelque part j’ai dit que briser les convictions de l’homme équivaut à lui briser un vase sur le crâne... Mais vous qui comprenez qu’acheter et vendre n’est pas le but de la vie, vous savez qu’en n’admettant ni argent ni pouvoir des uns sur les autres, Dieu met un terme à tous les maux de la Terre. En examinant ce que sera le monde sans ceux qui dominent et sans le veau d’or, on ne voit effectivement plus de destructions ni de guerres, plus de rançons, de prélèvements, d’oppressions, de famines, ni toutes ces effroyables maladies qui commettent des ravages.

(5) On ne peut connaître la façon dont on doit vivre, qu’en sachant ce que l’on ne doit pas faire. C’est aussi la raison d’être de la loi. Dans le nouveau siècle, les activités se feront dans le respect de la vie cette fois, et non plus pour acquérir des biens ou quelque suprématie. Car le bonheur d’être dans le monde des vivants provient des sentiments du coeur et non de ce qui les bafoue.

(6) Et c’est en raison de cela que l’Écriture dit, par Paul :

Ne vous y trompez pas : ni les impudiques, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni les infâmes, ni les voleurs, ni les cupides, ni les ivrognes, ni les outrageux, ni les ravisseurs, n’hériteront le royaume de Dieu.

C’est bien, ce Paul a dit exactement ce qu’il fallait pour exclure du royaume ceux qui faisaient honte à l’humanité. La loi veillera à ce qu’ils ne réapparaissent jamais.

(7) Chacun peut entendre qu’on ne peut être juste, robuste et saint d’esprit que si l’on vit en harmonie avec la nature, comme la loi le préconise. Pour qu’il en soit ainsi et que la fraternité s’établisse et demeure entre les hommes, et que le règne de Dieu se fasse dans la quiétude, il faudra pratiquer toute la loi, pour ne plus jamais :

Accepter des chefs à vos têtes, car l’hypocrisie doit cesser à jamais ;
Instaurer des règlements, car l’Esprit céleste administre et régit toute la création ;
Se confier en l’homme, car l’homme n’est que créature ;
Perdre sa personnalité, car chacun est partie intégrante du monde des vivants ;
Former des puissances, car la vie se perpétue d’elle-même ;
Établir des frontières pour s’y enfermer, car Dieu a créé les hommes libres ;
Modifier les organismes vivants, car nul n’est supérieur au Créateur ;
Aménager les territoires, car ils sont naturellement aménagés pour tous les êtres ;
Utiliser de monnaies, car l’argent est source d’injustices et de dévastations ;
Mécaniser le monde, car les oeuvres de l’Éternel ne sont pas à détruire ;
S’élever sur ses semblables, car il y a Sion pour grandir ;
Faire des cérémonies, car il suffit de pratiquer la loi ;
Construire des temples, car Dieu est son temple dans le ciel et dans l’homme.

Abstenez-vous de ces choses indignes de l’esprit humain, parce que dans tous les mondes de l’univers et dans notre Galaxie, de tels comportements ne font nullement partie des désirs et des sentiments.

(8) Je vous le dis, lorsque plus tard vos descendants se retourneront sur ce que fut le premier monde, ils ne comprendront pas que les hommes aient pu mettre leur intelligence au service d’un veau d’or qui amena la destruction et l’infamie. Vous leur expliquerez assurément, mais ils ne saisiront pas comment cela a été possible, et pourquoi des poignées d’hommes enflés de vanité pouvaient régner sur les peuples à la place du Créateur.

(9) Le premier monde fut donc celui de la honte éternelle qui ne disparaîtra jamais des mémoires. Aujourd’hui, Dieu ne tolère plus ni homme ni femme ayant une quelconque autorité ; car, au-dessus de l’homme, il n’y a pas un autre homme, ni un groupe quelconque, il n’y a que son créateur.
Autour de chaque étoile, les astres travaillent pour préparer la venue des hommes qui sont les demeures de Dieu. Sur chaque Terre du ciel Dieu envoie ses anges, les prophètes, pour avertir les hommes qu'il jugerait leur monde et qu'il séparerait les justes et les injustes ; ceux qui lui ont été fidèles de ceux qui ne l'ont pas été.

Car voici, le jour vient, Ardent comme une fournaise. Tous les hautains et tous les méchants seront comme du chaume ; Le jour qui vient les embrasera, Dit l'Éternel des armées, Il ne leur laissera ni racine ni rameau. Mais pour vous qui craignez mon nom, se lèvera Le soleil de la justice, Et la guérison sera sous ses ailes ; Vous sortirez, et vous sauterez comme les veaux d'une étable, Et vous foulerez les méchants, Car ils seront comme de la cendre Sous la plante de vos pieds, Au jour que je prépare, Dit l'Éternel des armées. (Malachie_4.1-3)

Chaque monde vivant passe par ce jour redoutable du jugement ! Il ne peut en être autrement car les ténèbres sont nécessaires un temps, pour que d'elles sortent la lumière et la délivrance. Après quoi, l'homme étant apte à discerner parfaitement le bien du mal, ne peut plus bâtir un monde pouvant à nouveau être détruit.
Citation du Livre de Vie de l'Agneau :

Extrait du chapitre 57 : La vie simple du Sanctuaire

(1) On ne peut délivrer les hommes qu’en leur montrant qu’ils sont de la race de Dieu et que, dans tout l’univers, il ne peut exister plus grandes créatures. Et ce qui est expliqué dans ce livre s’y rapporte, car ce n’est point l’esclave qui délivre mais l’homme libre, comme est libre l’Agneau qui ouvre aujourd’hui les portes du royaume à ceux qui sont choisis de Dieu.
Sur le royaume des cieux (2) Vous n’ignorez plus que le royaume des cieux est le royaume de Dieu qui s’établit autour de chaque étoile, comme il s’établit en ce jour sur la Terre. Pour cette raison, il faut entendre : le royaume de Dieu dans les cieux : dans tout l’univers. Si je persiste à le dire, c’est parce que vous pensiez que lorsqu’une personne mourait, elle montait dans le royaume de Dieu, que d’autres appellent le paradis. Si cela était, les morts monteraient dans des mondes appartenant à d’autres... Cessez plutôt d’être des nourrissons et pensez à ce que nous avons déjà dit, c’est-à-dire que si vous prenez part à la résurrection qui s’opère aujourd’hui, votre âme restera sur la Terre dans l’inconscience du temps qui passe et qu’elle retrouvera un corps de chair autant de fois qu’il y aura de changements solaires. Vous resterez ainsi dans le royaume des cieux, qui est le royaume des anges existant tout au long de la grande spirale de la vie. L’esprit saint vous est donné, pour que vous vous en pénétriez.
Dans ce Royaume, il ne s'agit plus d'un monde urbain d'un côté et d'un monde rural de l'autre, mais seulement de petites cités intégrées dans la nature, souveraines et autonomes, permettant à chacun de vivre en toute tranquillité en subvenant indépendamment à ses besoins.
Citation du Livre de Vie de l'Agneau :

Extrait du chapitre 60 : La nouvelle Terre
Le bonheur des élus de Dieu (2) Par la connaissance, vous êtes désormais éclairés et élevés sur les hautes cimes. La nouvelle cité, dans laquelle vous allez vivre, apparaît comme si nous la contemplions depuis le sommet d’une montagne au pied de laquelle elle se serait formée. Observons alors ces fruits de la connaissance sur la Terre où la mer humaine a disparu, et où tout est redevenu pur et semblable aux origines du monde.

(3) On voit d’abord qu’il s’agit d’une cité de premier ordre qui se fond dans la nature et dans laquelle les gens sont heureux de vivre. Étant libres, rien ne leur fait peur si ce n’est le bruit des violents orages, rien n’occasionne de troubles ni ne salit les tuniques, et rien ne dégrade les visages et les pensées. Les mères n’enfantent plus dans la crainte de voir périr leurs enfants sous leurs yeux. Les pères ont retrouvé le coeur de leur enfant, et les enfants le coeur de leur père. La jeunesse ou la vieillesse ne sont plus des catégories de personnes qui s’affrontent. Et plus personne ne craint de vieillir et de mourir.

(4) Ici, dans ce monde de paix, nul n’est surmené. La grave maladie n’existe pas, car elle n’a plus de sources ni de champs où se répandre, plus de demeures ni ce qui l’entretenait. La famine, la servitude et l’emprisonnement sont ignorés dans le royaume où les anges ne reconnaissent d’autre autorité que celle du Très-Haut. Il n’y a plus de guerres, parce que chacun est libre comme l’oiseau et fait ce qu’il lui plaît. Il n’obéit qu’à Celui qui désormais gouverne le monde, car ici on se trouve sous le règne de Dieu.

(5) La ville sainte est un joyau, une étoile brillante posée sur le sol, de laquelle émane la gloire du Tout-Puissant. Nous l’admirons d’en haut, en comprenant que le Père ne réservait pas les ténèbres éternelles à ses élus, mais le plaisir de vivre libre, qu’il tenait caché pour ceux qui le méritent et accèdent à sa loi par élévation de l’esprit. Personne ne se lamente, car la vie du sanctuaire est le déroulement des jours paisibles. Elle est aussi l’air pur que l’on respire avec les senteurs, le lumignon que l’on éteint pour traverser tranquillement la nuit au milieu des siens, avec beaucoup d’autres choses encore qui écrivent le mot paix sur les paupières de ceux qui se reposent et sur la porte de leur maison.

(6) Par-delà le trait de séparation du monde de ténèbres du monde de lumière, les chefs des nations, les conquérants, les trafiquants, les militaires, les riches, les scientifiques et les religieux qui perdirent le monde ne sont plus, car l’hypocrisie et la vanité ont à jamais disparu. On parle de ce que fut leur règne cependant, pour essayer de garder le souvenir de leurs prétentions qui faisaient de la Terre un lieu d’effroi, une aire d’angoisse et des conditions abominables de survie pour tous ; et on s’efforce de s’imaginer ce que fut leur domination. Mais on a oublié leur visage, on ne connaît plus leur nom ni leur nation. Il n’y a plus aucune trace d’eux ni de ceux qui marchaient dans leurs voies. Déjà le souvenir de ce qu’ils furent s’estompe et, sans le livre de vie, on ne se rappellerait plus qu’ils ont existé.

(7) Les anciens racontent que le jour où les élus sortirent de leurs abris sur les montagnes où le Fils les avait assemblés, ils s’empressèrent de représenter sur le sol les trois parties de la ville sainte, ci-dessous, ressemblant au Soleil,
Image 64 - Conception de la cité du Royaume

et dirent : voilà ce que le fils du Très-Haut nous montrait inlassablement ! Voilà comment nous vivrons désormais pour que l’horreur ne se manifeste plus ! Et, cette fois, tous entendirent.

(8) Mais nous sommes encore de ce côté-ci mes enfants. Cependant, ce qui sera dans le royaume, qui vient avec ses lumières, ses joies, sa pureté, sa transparence et cette grande liberté pour tous, est bien réel. Lisez l’apocalypse où Jean explique la nouvelle Jérusalem, qu’il présente carrée et bâtie avec de grandes murailles pour montrer qu’elle est bien structurée et bien défendue. Cette ville des anges est bien là, à portée de main, pour le nouveau siècle. Et vous ne faites pas un songe.

(9) La connaissance de la vérité conduit forcément dans ce nouveau monde et à cette nouvelle cité. Et c’est pour qu’elle arrive au temps marqué, que Dieu annonça :

Je détruirai la sagesse des sages,
Et j’anéantirai l’intelligence des intelligents.


Et son fils unique lui répondit :

Je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses (du royaume) aux sages et aux intelligents, et de ce que tu les as révélées aux enfants. Oui, Père, je te loue de ce que tu l’as voulu ainsi.

(10) Souvent j’ai expliqué que seuls ceux qui ont gardé le coeur et l’esprit de leur jeunesse peuvent saisir le Fils et voir le royaume. C’est pourquoi ces paroles de Dieu et de Jésus montrent que les intelligents qui voulurent gouverner leur peuple et le monde, ne peuvent être admis.

(11) Seul l’homme manipulé et lié se referme sur lui-même. Mais quand Adam et Eve sont libres comme l’air, ils s’ouvrent à Dieu et se soumettent à lui de leur plein gré. Personne ne les force à agir ainsi, parce qu’avec leurs pensées débarrassées du mensonge, ils savent qu’aucun être n’est supérieur à eux.

Répondre