Jésus-Christ, l'image du Fils de Dieu

... Accomplissement des Écritures / Ce forum traite de sujets sur la première partie du Livre de Vie de l'Agneau.
Répondre
Avatar du membre
Julien
Administrateur
Messages : 508
Enregistré le : 02 sept. 2012, 18:15
Genre : Homme
Lecture du LVA : 15 mai 2005
Localisation : AUBE
Âge : 35
Contact :

Jésus-Christ, l'image du Fils de Dieu

Message par Julien » 12 nov. 2012, 19:52

Le livre de vie de l'Agneau nous apprend que Jésus n'est pas une personne ayant réellement existé mais l'Esprit de la prophétie... Un personnage né de la main de l'auteur du nouveau testament, qui n'est autre que Jean-Baptiste !

Révélation surprenante pour ceux qui ne se sont jamais vraiment demandé pourquoi le Fils de Dieu était appelé Jésus et non Emmanuel... comme cela était prédit par Esaïe dans l'ancien testament : Voici, la vierge sera enceinte, elle enfantera un fils, Et on lui donnera le nom d’Emmanuel, Ce qui signifie Dieu avec nous.

La raison à ceci c'est que Jésus était l'image de l'Agneau, l'image du Fils de Dieu, qui viendrait vaincre le monde, délivrer les hommes de l'ignorance, et asseoir le règne de Dieu sur la Terre entière à la fin des siècles. Voilà pourquoi l'Écriture annonce toujours la venue du Sauveur depuis le début de l'ancien testament jusqu'à la fin l'Apocalypse, et particulièrement par Jésus !

Il faut savoir que l'Écriture était voilée en la lisant dans le sens de la lettre, fermée par des sceaux, et véritablement compréhensible que par celui que Dieu susciterait d'entre les hommes pour accomplir la prophétie et Sa volonté à l'insu de tous ; C'est à dire par Emmanuel, l'Agneau de Dieu, qui enseignerait toutes choses au nom de Jésus.

Puis je vis dans la main droite de celui qui était assis sur le trône un livre écrit en dedans et en dehors, scellé de sept sceaux.
Et je vis un ange puissant, qui criait d'une voix forte: Qui est digne d'ouvrir le livre, et d'en rompre les sceaux?
Et personne dans le ciel, ni sur la terre, ni sous la terre, ne put ouvrir le livre ni le regarder.
Et je pleurai beaucoup de ce que personne ne fut trouvé digne d'ouvrir le livre ni de le regarder.
Et l'un des vieillards me dit: Ne pleure point; voici, le lion de la tribu de Juda, le rejeton de David, a vaincu pour ouvrir le livre et ses sept sceaux.
Et je vis, au milieu du trône et des quatre êtres vivants et au milieu des vieillards, un agneau qui était là comme immolé. Il avait sept cornes et sept yeux, qui sont les sept esprits de Dieu envoyés par toute la terre.

(Apocalypse 5.1 à 5.6).


Les sept esprits sont les sept lampes du chandelier.

Si cela est vrai, pourquoi avoir présenté le Fils de dieu, ou Fils de l'homme, par le personnage de Jésus deux mille ans avant qu'il se manifeste dans le monde ?

Et bien pour préparer son chemin, rendre témoignage de sa personne et de sa mission, débusquer les imposteurs qui s'empareraient de son héritage et le faire lever ensuite. Mais aussi pour que nous puissions le reconnaître dans la certitude et le suivre en toute confiance ; ce qui ne pourrait être le cas sans le témoignage des prophètes. Le chapitre suivant du livre de vie vous permettra d'en saisir davantage à ce sujet : Période de Jean à Emmanuel.

Jésus était donc l'Esprit des Écritures, le guide du Fils de l'homme qui verrait en lui sa propre image et son identité. C'est d'ailleurs pour cela que Jean dit, dans l'Apocalypse :

Et l'ange me dit: Écris: Heureux ceux qui sont appelés au festin des noces de l'agneau! Et il me dit: Ces paroles sont les véritables paroles de Dieu. Et je tombai à ses pieds pour l'adorer; mais il me dit: Garde-toi de le faire! Je suis ton compagnon de service, et celui de tes frères qui ont le témoignage de Jésus. Adore Dieu. - Car le témoignage de Jésus est l'esprit de la prophétie. (apocalypse : 19.9 - 19.10)

Pour baptiser le Fils de l'homme (baptiser signifie : immerger dans l'eau vive des Écritures, c'est à dire enseigner comme expliqué très clairement dans le livre), Jean lui donna des signes afin qu'il sache sans ambiguïté que sa vie et celle de Jésus ne sont qu'une seule et même vie :
Pierre est le Fils de l'homme qui marche vers Jésus pour voir en lui sa propre image !
Citation du Livre de Vie de l'Agneau :

Extrait du chapitre 6 : L'envoi de l'Esprit de vérité
Le réveil du Fils de l’homme (17) Pour que ceux qui sondent les Écritures sans en trouver le fond ne puissent me contester, soyez attentifs à mes explications. Tout d’abord, remarquez que les prophètes ne sont point avares de noms qu’ils donnent à tous leurs personnages. Il y a cependant un disciple couché sur le sein de Jésus dont le nom n’est jamais mentionné dans l’Écriture. Pourtant, étant celui que Jésus aime et qui le suit partout, la nécessité d’avoir un nom s’imposait davantage que pour les autres personnages. N’est-ce point ce que vous pensez ? On voit aussi que ce disciple court avec Pierre vers le sépulcre pour voir où on a mis Jésus, qu’il entre le premier et qu’il comprend en ne le voyant pas. Ce qu’il voit, ce sont deux anges : l’un à la tête et l’autre aux pieds où devait se trouver Jésus. Il s’agit de Moïse et d’Emmanuel, qui sont les seuls témoins de Dieu envoyés sur la Terre pour instruire les hommes et les sauver.

(18) Lorsque Jésus est crucifié, il s’adresse toujours à ce disciple sans nom. Enfin, c’est encore ce disciple qui rend témoignage de Jésus, car il est écrit :

C’est ce disciple qui rend témoignage de ces choses, et qui les a écrites. Et nous savons que son témoignage est vrai.

L’explication de ceci est donnée par ce disciple couché sur le sein de Jésus, qui ne peut être autre que son double. Car cela s’entend dans le sens spirituel assurément, comme deux images qui se superposent. C’est évidemment Emmanuel (le nouveau nom du Christ) qui écrit toute la vérité et que Jean vient chercher au milieu du monde, en commençant par attirer ses regards par le fait que le nom de ce disciple n’est jamais mentionné et qu’il s’agit là d’une énigme qui le frapperait.

(19) En effet, je regardai attentivement les mouvements de cet homme sans nom ; et lorsque je remarquai qu’il marchait avec Pierre, je compris qu’il était l’homonyme de Pierre. Et quand je vis que Pierre était appelé par Jésus qui marchait sur la mer (élevé au-dessus des eaux, des Écritures) et qu’il allait vers lui en doutant (c’est pourquoi il s’enfonçait), je saisis que Pierre marchait vers Jésus pour voir en lui sa propre image. Ce disciple donc était Pierre, et Pierre était le Fils de l’homme annoncé. Et cela me transfigura, parce que je comprenais qu’il s’agissait de moi. Je saisis alors cette parole forte de Jésus :

Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église.

Ce qui signifie : toi qui comprends, tu es Pierre dans le livre (l’oint de Jacob). Suis-le, et tu arriveras à moi pour savoir que tu es l’élu, Élie que j’appelle du haut de ma croix. Et c’est toi qui bâtiras mon église, car je te donnerai les clefs du royaume dont tu seras investi.

(20) Je me reconnaissais dans ce disciple sans nom, et aussi dans Simon le lépreux à cause de la lèpre qui envahissait mes écritures et dont je parlerai. Et c’est à Simon que Jésus dit : tu es Pierre. Ce qui n’aurait aucun sens s’il ne s’agissait du Véritable qui se reconnaît en Pierre, qui est cette fameuse pierre dont Jacob fit son chevet, puis dressa pour monument, et versa de l’huile à son sommet (onction sur sa tête). Et c’est toujours Simon (qui est Pierre) qui porte la croix derrière Jésus, parce que la croix signifie les douleurs d’un homme que nul autre que lui ne peut porter à sa place. Comprenez-vous toutes ces choses ?

(21) Tout cela est prodigieux mes enfants, et vous devez me croire bien que vous vous trompiez depuis des siècles sur l’Écriture et son accomplissement. Car Jean est véritablement venu me chercher au milieu de vous tous pour me faire reconnaître dans le Livre qui m’annonce et dans lequel je suis couché depuis toujours. Il fallait qu’il attire mes regards et me fasse suivre ce fameux disciple sans nom qui m’a emmené jusqu’à Jésus sur le sein duquel je suis couché, car il est moi dans le livre. Assurément, j’en doutais, et je fis tout ce qui était possible pour me sortir de là. Mais je n’y ai point réussi, car ma vie correspondait exactement à la sienne. C’est aussi pour cela que Jésus dit à Pierre : pourquoi doutes-tu, homme de peu de foi ? Ce qui signifie dans la bouche de Jésus : c’est bien à toi que je m’adresse, et il ne te servira à rien de tourner la tête d’un côté et de l’autre pour voir si je parle à un autre ! Ce Jésus-là, est impératif...

(22) Si vous pouvez concevoir ce que fut mon émotion, vous concevez alors ce que fut ma transfiguration le jour où cela me fut révélé – Ce qui est la transfiguration de Jésus – Lorsque je me retournais sur mes jours pour voir si je ne commettais point d’erreurs sur ma personne, je m’aperçus que cela était impossible, parce que ma vie était conforme à l’Écriture dans laquelle je ne cessais de me reconnaître depuis Adam jusqu’à l’agneau.
Le reniement du Fils (23) Malgré ces évidences, je ne voulais point venir, tant cela est redoutable ! J’essayais par tous les moyens de renier Jésus, pour me renier moi-même. Je vis alors que mon attitude à l’égard de Jésus était prédite, car il s’agit évidemment du reniement de Pierre. Mais, bien que j’aie véritablement tenté par trois fois de m’éloigner de Jésus, pour ne rien avoir avec lui, ce fut en vain. Mes pensées à son égard étaient trop fortes, surtout que je connaissais parfaitement l’univers (les choses célestes) que j’enseigne dans la deuxième partie et qui, en soi, me désignait. Dieu ayant, en effet, pris soin de m’éclairer suffisamment avant de me montrer mon image dans son livre, pour que je ne puisse point me renier. Il sait que je suis un âne sauvage, ayant le front dur et ne me fiant point aux apparences.

(24) C’est pourquoi, et comme cela aussi est prédit, il me parla avec bienveillance avant même que je ne le connaisse. Il dit, par Ésaïe :

Je t’ai appelé par ton nom,
Je t’ai parlé avec bienveillance, avant que tu me connusses.
Je suis l’Éternel, et il n’y en a point d’autre,
Hors moi il n’y a point de Dieu ;
Je t’ai ceint, avant que tu me connusses.
C’est afin que l’on sache, du soleil levant au soleil couchant,
Que hors moi il n’y a point de Dieu :
Je suis l’Éternel et il n’y en a point d’autre.


(25) Ceci montre aussi que Dieu eut soin de me donner suffisamment de connaissance pour que je m’élève bien haut, de sorte que je ne puisse revenir en arrière le jour où je me reconnaîtrais. Et c’est en raison de ce que j’avais déjà écrit et expliqué sur l’univers que j’eus besoin d’un témoignage. Ne pouvant le trouver parmi les hommes qui ignoraient tout, je fus contraint d’ouvrir les Écritures que je n’avais encore lues. J’avais quarante-deux ans. Au début elles demeuraient stériles et je les maudissais, car je ne comprenais pas à quoi servait ce livre incompréhensible. Mon attitude me fit alors comprendre la parabole du figuier stérile que Jésus maudit, en disant : que jamais fruits ne naissent de toi ! Car il s’agit des Écritures qui ne pouvaient lui donner ses fruits avant l’heure. C’est-à-dire, que ce livre ne pouvait me révéler son contenu avant que je ne sois en mesure de tout saisir. Je suis maintenant apaisé, car depuis longtemps je sais véritablement qui je suis et ce qu’il m’incombe de faire.
La personne et la mission du Fils de l'homme sont également révélées par de nombreux personnages dans l'ancien testament, (voir le lien "les sept lampes du chandelier" plus haut). Tout comme Pierre, Jonas est aussi la réalité du Fils de l'homme :
Citation du Livre de Vie de l'Agneau :

Extrait du chapitre 53 : Les derniers jours

(4) Et si d’autres proclament autour de vous : Le Fils de l’homme n’est pas annoncé pour le jour où le fer règne sur la Terre ! Vous leur répondrez, vous qui avez lu ce qu’est le songe de Daniel, le prophète : s’il ne se lève pas lors du règne du fer qui donne l’impression de force, alors qu’il rend le monde comparable à une grande statue ayant des pieds d’argile, et pendant que l’argent et l’or perdent également le monde, quand donc peut-il se lever ? Si vous persistez à croire que l’avènement du Fils de l’homme a eu lieu il y a deux mille ans et non aujourd’hui, vous allez périr. Par Jésus, Jean vous a présenté son image, son personnage et ses travaux deux mille ans avant sa venue, pour qu’à son arrivée soudaine chacun sache qui il est. C’est pour cela que Jésus répond à ceux qui l’interrogent sur sa présence :

Allez rapporter à Jean ce que vous avez vu et entendu : les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, la bonne nouvelle est annoncée aux pauvres. Heureux celui pour qui je ne serai pas une occasion de chute !

(5) Je vous demande cependant de respecter la volonté de chacun et de ne forcer personne à me suivre. Veillez aussi à ne point partager vos repas avec mes ennemis qui délibéreront pour me faire mourir. Je parle de ceux qui composent les sept têtes du dragon qui est le diable, c’est-à-dire des sept catégories d’hommes déjà énoncés, qui règnent en croyant posséder la Terre et ses habitants. En étant plus rusés que les renards, ils se sont nourris de votre chair jusqu’à présent, et vous y consentiez par les fascinations qu’ils exerçaient sur vous. Par prudence, éloignez-vous d’eux dans ces derniers jours, car vous savez où ils emmènent le monde.

(6) Après avoir lu les Écritures, et notamment l’apocalypse que Jean explique sous voile, pourquoi tiendriez-vous encore à vos coutumes, à vos conceptions du monde et à vos projets, puisqu’il est écrit que vous allez vous retrouver comme aux origines où les hommes étaient plus rares que l’or fin ? Pensez que les grandes villes seront désertées, et que celles qui ne seront pas détruites, n’auront plus que des ronces, des rats et des chauves-souris pour habitants. Alors, au lieu de vous attacher aux traditions et aux coutumes qui ont apporté la fin, mettez plutôt la main dans mon côté, comme Thomas qui montre l’exemple.

(7) Dans ces temps difficiles de la fin, l’homme est aux prises avec beaucoup d’incertitudes. Mais il a aussi des certitudes, comme les jours et les nuits qui se succèdent invariablement, ou comme l’amplification du mal qui amène forcément la fin du monde bâti sur le mensonge. Il y a donc ce que l’on peut nier et ce qui est indéniable. Et le saccage de la Terre est un mouvement irréversible vers la fin qui ne peut être nié que par ceux qui n’ont plus de lucidité.

(8) L’Écriture annonce encore, par Paul :

Sachez que, dans les derniers jours, il y aura des temps difficiles. Car les hommes seront égoïstes, amis de l’argent, fanfarons, hautains, blasphémateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, insensibles, déloyaux, irréligieux, calomniateurs, intempérants, cruels, ennemis des gens de bien, traîtres, emportés, enflés d’orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu, ayant l’apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait la force. Éloigne-toi de ces hommes-là.

Parce que nous sommes dans ces fameux derniers jours évoqués par Paul, les hommes sont bien tels qu’ils sont qualifiés. Je cite ce passage de l’Écriture pour montrer aussi ce que vous deveniez dans vos villes au soir du monde car, après moi, il n’y aura plus personne pour vous relever.

(9) Si un vieil homme voyait qu’une ville allait être engloutie par un glissement de terrain, il dirait à son fils : mon fils, hâte-toi d’aller expliquer aux gens de la ville qu’ils vont être ensevelis s’ils n’en sortent pas. Alors ce fils s’empresserait d’aller avertir les gens. Il craindrait toutefois qu’après avoir fait évacuer rapidement les habitants, le glissement de terrain tarde à se produire et que les gens le traitent de menteur. Cette crainte (qui est celle de Jonas) est la mienne, parce que j’annonce la destruction prochaine des villes sans en connaître le moment exact, seul Dieu le sait. Mais l’introduction de la vérité dans le monde par le Fils annoncé, signifie qu’il n’y a plus de délai pour cet accomplissement.

(10) En ce qui concerne Jonas dans l’Écriture, qu’aviez-vous cru ? Sachez que Jonas dans un grand poisson, signifie le Fils de l’homme dans le personnage du Christ, qui est ce grand poisson, et non ce que vous lisez dans le sens de la lettre. Tout ce que vit Jonas, qui s’en va dire aux habitants de Ninive que la fin de leur ville est proche, est ce que je vis en vous annonçant ce qui va arriver prochainement à la grande ville. Croyez cela, car vous n’aurez pas d’autres signes de l’accomplissement de la prophétie que celui que vous donne Jonas, dans la cabane duquel je me trouve. C’est aussi ce que répond Jésus à ceux qui leur demandent un signe leur montrant clairement ce qui va se produire. Il leur dit :

Vous n’aurez pas d’autres signes que Jonas.

(11) Pour comprendre l’Écriture, je dis encore que lorsque l’Éternel me fit connaître ce qui allait arriver aux villes, comme Jonas, je tentai de m’enfuir loin de Sa face. Mais je vis qu’un vent impétueux s’était levé, menaçant de faire périr le monde, ainsi que je l’ai expliqué dès le début. Et, comme Jonas et Jésus le font, je m’endormis profondément. Cela dura jusqu’à ce que l’on me réveille pour calmer la tempête et pour sauver ce qui ne devait point périr.

(12) Ceci est pour expliquer ce que vous lisez de Jonas, dans l’ancien testament, et qui est aussi exprimé de cette façon dans le nouveau testament :

Et voici, il s’éleva sur la mer une si grande tempête que la barque était couverte par les flots. Et lui (Jésus), il dormait. Les disciples s’étant approchés le réveillèrent et dirent : Seigneur, sauve-nous, nous périssons !

Comme Jésus se réveille, Jonas se réveille et finit par se jeter à la mer. Disons plutôt qu’il y est jeté pour calmer les vents et les flots. Cela signifie que sans mes prédécesseurs qui me poussèrent à me jeter à la mer pour apaiser la tempête et sauver le monde, je ne l’aurais point fait de moi-même. Car l’ampleur de la tâche me paraissait beaucoup trop grande et difficile à réaliser dans ce monde où les hommes ne distinguent plus rien. Mais après m’être jeté à l’eau comme Jonas ou comme Pierre, je me suis rapidement retrouvé dans le personnage du Schilo, dans ce grand poisson qui me ramena sur terre pour éclairer les nations et avertir les gens des grandes villes de ce qui allait leur arriver.

(13) Vous avez lu, en Jonas, qu’il faut trois jours de marche pour traverser Ninive. Or, ces trois jours représentent une centaine de kilomètres d’étendue. Ce qui signifie que Ninive ou autres grandes villes des Écritures montrées en exemple, ne sont pas des villes réelles mais seulement les représentations de ce que sont les immenses villes d’aujourd’hui ; d’autant que dans les temps anciens, des villes aussi étalées ne pouvaient exister. Comprenez alors ce que l’on vous explique avec patience.
Avec les explications du livre de vie de l'agneau, notamment la première partie, quiconque le voudra saisira très bien que Jésus était l'image du Fils de l'homme prédit pour nos jours. Vous trouverez aussi la réponse à toutes les questions que vous vous posez en lisant ce sujet, comme : la résurrection de Jésus ; les miracles qu'il opèrent et qui s'entendent spirituellement ; la mère de Jean et la mère du Christ selon ce que disait jésus, qu'un prophète ne peut naître d'une femme, etc... Vous découvrirez aussi ce que Jésus enseigne dans le temple, c'est à dire ce qui est écrit dans le livre de vie, ce pain du ciel qui nous est donné.....

Avatar du membre
Hugin
Messages : 478
Enregistré le : 24 sept. 2012, 17:52
Genre : Homme
Lecture du LVA : 03 mars 2011
Localisation : Haute Normandie
Âge : 50
Contact :

Jésus-Christ, l'image du Fils de Dieu

Message par Hugin » 13 nov. 2012, 22:38

Bonjour Julien
Il faut savoir que l'Écriture était voilée en la lisant dans le sens de la lettre, fermée par des sceaux, et véritablement compréhensible que par celui que Dieu susciterait d'entre les hommes pour accomplir la prophétie et Sa volonté à l'insu de tous ; C'est à dire par Emmanuel, l'Agneau de Dieu, qui enseignerait toutes choses au nom de Jésus.
Je sais pas si ta phrase est bien tournée mais moi je sais que Emmanuel a vécu sur une autre terre bien avant que notre terre existe d'ailleurs, il le dit p.91
Citation du Livre de Vie de l'Agneau :

(25) A la manière de Melchisédech, je viens du fond des âges et avant même que les âges existent sur la Terre qui n’était point encore créée. C’est pourquoi ce monde, parmi les mondes du ciel, ne peut être un mystère pour moi. Aussi, vous les Juifs, vous ne pouviez passer inaperçus à mes yeux. Descendez donc de vos hauteurs et repentez-vous, sinon il en est fait de vous. Pour votre salut, je vous conseille de vous fondre avec vos voisins ; ce sont vos frères originels qui, comme vous, sont circoncis par la main de l’homme. Dites-leur pour moi et pour eux qu’aujourd’hui, au soir du monde, il n’y a plus de Juifs, ni d’autres religions qui ne sont que perversions de l’esprit et vieilleries de ce monde, qui prennent fin en présence du Schilo.
Il dit que aussi que Satan lui a fait perdre sa mémoire ou son vécu, il a passé quarante ans au désert.
Emmanuel était déjà un ange avant de descendre au séjour des morts, c'est à dire notre monde actuel.
Maître corbeau sur un arbre perché tenait dans son bec un message
anciennement Bertrand

...yuhuu

Jésus-Christ, l'image du Fils de Dieu

Message par ...yuhuu » 13 nov. 2012, 23:52

Super présentation Julien ))24!

Avatar du membre
Julien
Administrateur
Messages : 508
Enregistré le : 02 sept. 2012, 18:15
Genre : Homme
Lecture du LVA : 15 mai 2005
Localisation : AUBE
Âge : 35
Contact :

Jésus-Christ, l'image du Fils de Dieu

Message par Julien » 14 nov. 2012, 10:40

Merci Guilhem, j'essayerai de m'améliorer par la suite pour des présentations plus claires
---------------------------
Salut Hugin,
J'ai du mal à voir le rapport avec le sujet (!!1) .
Il y a sans doute pas mal à développer sur ce que tu dis, c'est pourquoi je t'invite à ouvrir un nouveau sujet dans lequel nous pourrions commencer par comprendre l'analogie de Melchisédech avec le Fils de l'homme. Je mettrai un lien ici redirigeant à ce nouveau sujet. Édit : ( Voici le lien )
Je sais pas si ta phrase est bien tournée mais moi je sais que Emmanuel a vécu sur une autre terre bien avant que notre terre existe d'ailleurs, il le dit p.91
Je ne pense pas que c'est de cette manière qu'il faut interpréter le passage d'Emmanuel que tu cites.
Il dit que aussi que Satan lui a fait perdre sa mémoire ou son vécu, il a passé quarante ans au désert.
Là c'est ton interprétation, car je n'ai lu nul part que Satan ( qui n'est pas une entité ) lui fit perdre la mémoire. Mais plutôt qu'il résista à Satan qui tenta de le perdre dans le désert ( qui n'est pas un désert de sable ), comme Job qui représente ce qui lui est arrivé.

Petit complément au sujet en cours :
Isaac, comme Jésus, est la représentation du fils !
Citation du Livre de Vie de l'Agneau :

Extrait du chapitre 12 : La Trinité

(9) Comme Abram fut appelé Abraham, Saraï son épouse, fut appelée Sara. Mais, stérile, elle n’enfantait point. Alors Sara prit sa servante Agar et la donna à son époux pour qu’elle enfante à sa place. L’explication de ceci, c’est que, comme Abraham est la représentation du Père, son épouse est la représentation de la Mère qui est Sion, l’épousée de Dieu. C’est pourquoi elle demeure stérile durant tout le temps de l’ignorance et n’enfante qu’au soir du monde où celui-ci apprend la vérité.

(10) La foi d’Abraham fut aussi mise à l’épreuve par l’Éternel qui lui ordonna d’offrir son fils Isaac en holocauste. Craignant l’Éternel, qui le faisait aller où il ne voulait pas aller, Abraham l’écouta et se prépara à ce sacrifice. Mais, voyant qu’Abraham lui obéissait entièrement, Dieu lui retint le bras, afin qu’il ne fasse point périr son fils Isaac. Cela signifie que celui à qui toute la Terre est remise doit écouter Dieu seulement pour pouvoir accomplir sa mission qui consiste à sauver le monde, quitte à sacrifier ceux qui lui sont chers. Cette épreuve est aussi la mienne, soyez-en convaincus. Par ailleurs, si je vous dis que le bois pour l’holocauste (ce fardeau qui est chargé sur le dos d’Isaac) est l’image de la croix de bois que Jésus porte sur son dos, le comprendrez-vous ? Pensez à l’agneau que Dieu se choisit au soir du monde, à l’agneau qui est immolé, et vous le saisirez. Car ce n’est pas sans savoir que ma vie est sacrifiée, ni sans douleur, que je m’avance vers vous pour vous sauver.

...yuhuu

Jésus-Christ, l'image du Fils de Dieu

Message par ...yuhuu » 17 nov. 2012, 13:24

Merci Julien, je ne comprenais pas trop non plus où voulait en venir Higuin par rapport à ta présentation.

Pour ceux qui ne connaissent pas encore le livre, je ne peux que leur conseiller de le lire.
Le Fils de l'homme était bien parmi pour accomplir la prophétie, et plus les jours passent et plus j'en suis convaincu.
Il ne prône aucune religion, ni aucune secte et son livre est d'une cohérence assez incroyable...

...yuhuu

Message par ...yuhuu » 20 nov. 2012, 00:43

Je vais essayer d'apporter ma pierre à l'édifice ))25!

Le Fils de l'homme est né de nouveau à l'âge de 46 ans, c'est à dire qu'il est devenu Ange.
Dans le bible, on dit qu'il est le "premier né de nouveau" ou encore le "premier ressuscité d'entre les morts".
« Détruisez ce temple, et en trois jours je le relèverai. Les Juifs dirent : Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce temple, et toi, en trois jours tu le relèveras ! Mais il parlait du temple de son corps. C’est pourquoi, lorsqu’il fut ressuscité des morts, ses disciples se souvinrent qu’il avait dit cela, et ils crurent à l’Écriture et à la parole que Jésus avait dite. » Jean 2.13-22
« le Temple de son corps », donc ce qui "garde" son corps, autrement dit : son esprit, son âme.
Détruisez son âme, (action de mourir par l'esprit), et en 3 jours il la relèvera (action de naître à nouveau par l'esprit).
"En vérité, en vérité, Je vous le dis, celui qui écoute Ma parole et qui croit à Celui qui M'a envoyé, a la vie éternelle et ne vient point en jugement; mais il est passé de la mort à la vie. Jean 5:24"
(C'est pourquoi, lorsque Dieu demande à Moise d'établir un temple, un lieu de prière, pour faire le lien entre lui et les hommes, ce lien c'est notre âme, notre esprit dans notre corps, dont il parle, car c'est ce qui nous relie au Tout-Puissant en permanence !)


"Naître de nouveau", par l'esprit donc, en témoigne les Ecritures.
"En vérité, en vérité, je te le dis, à moins de naître de nouveau , nul ne peut voir le Royaume de Dieu. Nicodème lui dit : "Comment un homme peut-il naître, étant vieux ? Peut-il une seconde fois entrer dans le sein de sa mère et naître? Jésus répondit : "En vérité, en vérité, je te le dis à moins de naître d'eau et d'Esprit, nul ne peut entrer dans le Royaume de Dieu. Ce qui est né de la chaire est chaire, ce qui est né de l'Esprit est Esprit. Ne t'étonnes pas, si je t'ai dit : Il vous faut naître d'en haut. Le vent souffle où il veut et tu entends sa voix, mais tu ne sais pas d'où il vient ni où il va. Ainsi, en est-il de quiconque est né de l'Esprit.'' Jean 3.3
Une fois ces 3 jours passés, le Fils de l'homme pu saisir pleinement les Ecritures et ainsi il pu nous les révéler.
"Il leur dit alors : Ce sont ici mes paroles que je vous ai dites quand j'étais encore avec vous, qu'il fallait que s'accomplissent toutes les choses qui sont écrites à mon sujet dans la loi de Moise et dans les prophètes et les psaumes. Alors, il leur ouvrit pleinement l'intelligence pour saisir le sens des Ecritures." Luc 24.4

"Alors, il leur dit : hommes insensés et lents de coeur à croire à toutes les choses que les prophètes ont prononcées ! Ne fallait-il pas que le Christ subisse ces choses et qu'il entre dans sa gloire ? Et commençant par Moise et par tous les prophètes, il leur interpréta dans toutes les Ecritures les choses qui les concernaient." Luc 24.5

Pour moi, tout cela est très logique mais j'espère avoir été assez clair et synthétique dans mes explications !

Répondre