La Mort est dans le pré...

... Films, documentaires, interviews et conférences sur divers sujets.
Répondre
Avatar du membre
Julien
Administrateur
Messages : 572
Enregistré le : 02 sept. 2012, 18:15
Réputation : 53
Genre : Homme
Lecture du LVA : 15 mai 2005
Localisation : AUBE
Âge : 36
Contact :

La Mort est dans le pré...

Message par Julien » 28 avr. 2015, 12:22

Description du reportage:

C'est un film percutant dont personne ne sortira indemne. Mais surtout un film qui dévoile un problème de santé publique autrement plus grave que le pourcentage de cheval roumain dans les lasagnes au bœuf. Un problème de santé publique probablement équivalent à celui de l'amiante, dont les victimes ont enfin été reconnues après plusieurs décennies de combat et de mépris de la part des autorités compétentes, complices de l'industrie. Ce drame, c'est celui vécu par les agriculteurs ou proches d'agriculteurs qui ont été au contact quotidien des pesticides, et qui contractent cancers, maladies neurologiques et autres saloperies susceptibles d'être fatales.

Le réalisateur Eric Guéret est allé à la rencontre de ces gens qui, dans la peine ou la maladie, se battent pour la justice et pour une agriculture plus respectueuse des hommes et de la terre : Caroline Chenet, éleveuse de 45 ans dont le mari a succombé à un lymphome ; Frédéric Ferrand, viticulteur de 41 ans victime d'un cancer de la vessie et de la prostate ; Paul François, contaminé par le « Lasso » de Monsanto et qui mène un combat juridique du pot de terre contre le pot de terre face à la multinationale ; enfin Denis Camuzet, éleveur du Jura qui, bien que paraplégique, voit son avenir dans la conversion en bio de son exploitation.

Comment en est-on arrivé là ? Chacun témoigne à la fois du manque total d'information des fournisseurs de produits, qui s'abstiennent bien d'alerter sur leur dangerosité, de l'inconscience durable des agriculteurs comme dans cette scène où les parents de Frédéric, également vignerons, parlent de l'aspersion des produits alors qu'ils étaient encore dans les vignes : « ça faisait l'effet d'une douche fraiche en plein été ». Et puis il y a dans toutes les bouches la reconnaissance de ce foutu sens du silence qui règne chez les paysans. Le paysan est solidaire de son voisin pour les travaux, mais n'évoque jamais ni les problèmes d'argent, ni les problèmes personnels, ni même ceux de santé, fierté oblige. Et dénoncer les pesticides est souvent perçu comme une forme de trahison face à quelque chose qui a permis à chacun d'augmenter ses rendements et de mieux vivre matériellement. Mais voilà, la maladie est là et avec elle la prise de conscience d'une énorme duperie criminelle. Et la prise de conscience est telle que certains avouent ne plus donner à leur famille la production de leur récolte, se limitant à ce qui sort du potager privé cultivé en bio. Désormais ces paysans interviewés ne se taisent plus et mènent un combat parfois désespéré : combat auprès de la Mutuelle Sociale Agricole pour faire reconnaître son cancer comme maladie professionnelle, combat contre les scientifiques stipendiés par l'industrie, combat pour changer de pratiques, un défi pour ceux que l'agro-industrie a coupés de tous leurs savoirs traditionnels. Et malgré le tragique de la situation, grâce à l'obstiné Denis Camuzet, l'éleveur qui veut devenir bio, ou à la victoire juridique de Paul François, ce film reste plein d'espoir dans la lutte.

Assmatine
Messages : 99
Enregistré le : 07 févr. 2015, 13:41
Réputation : 1
Genre : Femme
Lecture du LVA : 07 févr. 2015

La Mort est dans le pré...

Message par Assmatine » 28 avr. 2015, 19:22

Ah ben oui. ça me fait penser à ce viticulteur, bio, qui ne voulait pas mettre de pesticide sur ses ceps alors qu'un parasite sévissait dans la région. Il s'est pris un procès sur le dos de la part de ses voisins vignerons parce que ces derniers pensaient qu'en ne traitant pas sa vigne, il allait contribuer à faire développer le parasite. Au final, il a eu gain de cause, mais je ne sais pas ce qu'il en est devenu.

C'est vraiment le monde à l'envers. ))23!

Quelle misère quand même.

Cependant, on voit de belles choses aussi. Dimanche, dans le 7 à 8, il y avait un reportage sur des agriculteurs qui s'étaient associés je ne sais plus où en France et avait construit un magasin où ils vendaient directement de leurs champs ou élevages directement au consommateur leur production. Ils pratiquaient les mêmes prix qu'en grande surface et forcément, là, ils se faisaient du bénéfice. Ils avaient un succès fou. Les gens étaient contents d'acheter local, pouvaient se renseigner sur la qualité de la marchandise et les produits utilisés et ces paysans ont dit à la fin qu'ils avaient même recruté le double de personnel tellement que ça fonctionnait bien, remettant au goût du jour des légumes même oubliés d'antan dans leur production.

Il y a des choses prometteuses quand même. Par contre, ils ont dû emprunter 300 000€ pour leur projet quand même, c'est pas rien. Vivement le temps où l'argent ne servira plus à rien. Je ne sais pas si leur récolte est bio ou pas, m'enfin, c'est déjà mieux que rien.

Avatar du membre
brig
Messages : 416
Enregistré le : 27 juil. 2014, 00:10
Réputation : 129
Genre : Homme
Lecture du LVA : 20 nov. 2013

La Mort est dans le pré...

Message par brig » 28 avr. 2015, 20:28

quel massacre ! vivement qu'ils soient trainés en justice !
Ecclésiastique 21 : 27 Quand l'impie maudit le Satan, il se maudit soi-même.
Ecclésiastique 22 : 6 (...) coups de fouet et correction, voilà en tout temps la sagesse.
Ecclésiastique 22 : 14 Qu'y-a-t-il de plus lourd que le plomb ? Comment cela s'appelle-t-il ? L'insensé.

Daniel
Messages : 148
Enregistré le : 08 juin 2013, 12:09
Réputation : 0
Genre : Homme
Lecture du LVA : 01 déc. 2005

La Mort est dans le pré...

Message par Daniel » 29 avr. 2015, 11:59

Il règne quand même une certaine omerta sur le pourquoi les agriculteurs/exploitants ont fait le choix des traitements aux pesticides. Quand on fouille un peu et pour la plupart du temps , c'est le gain mis en avant par les VRP des industries chimiques qui à convaincu beaucoup de ses exploitants à passer à l'acte et empoisonner aussi leur prochain.
Les variétés de semences utilisé par ces exploitants sont quasi presque toutes des semences modifiés et stériles qui ne possède aucune propriétés à se défendre naturellement d'ou la nécessité de les protéger artificiellement . On les arrose donc de cochonnerie qui découle directement de l'industrie de l'armement chimique des deux dernières guerres mondiale(voir le film "solution locale pour un désordre globale"). Beaucoup de ces produit sont issus de gaz moutarde utilisé en 1914 ou bien même des agents orange utilisé eux sur les guerres qui ont suivi ensuite et j'en passe . Pour une majorité c'est la cupidité de ces exploitants qui est souvent responsable de leurs malheurs. Leur rapport à la terre à complètement changé. A quoi devaient-ils s'attendre en utilisant des produit qui à la base avait été créé pour tuer des humains pendant les guerres?

Je ne compatirais donc pas pour certains de ces individus qui s'apparentent par complicité à des meurtriers. La plupart ont la possibilité de vérifier la dangerosité des produits qu'ils utilisent mais ils ne le font que quand eux mêmes ou leurs proches tombent gravement malade. Vous/nous ils s'en foutent car il se dégagent de leur responsabilité avec tout un tas d'excuses sophistiques pour avoir bonne conscience.

D'autres se battent et bien sur la loi vient leur mettre des battons dans les roues pour les obliger à rentrer dans le rang et consommer et faire consommer ces poisons.On ne compte plus les procès intenté par le système pour faire plier ces personnes qui ont encore une conscience et l'amour de la terre pour proposer à leur semblable des produits sains. Que les autres aillent au diable car pour moi c'est à lui qu'ils appartiennent . On ne peut que compatir à leur douleurs et chagrin mais ce sera tout pour moi, pour le reste je pratique l'intolérance ou la tolérance zéro. :P

Personnellement je préfère soutenir les paysans qui subissent la pression du système que ces agriculteurs malades qui viennent ensuite pleurer devant les merdias parce qu'eux même et surtout eux risque de mourir des conséquences de leur choix surtout que souvent c'est par manque de conscience et éthique qu'ils en sont là.

Nos enfants nous accuserons (film complet)

Répondre