Position de Pluton dans l'ordre ancien de la famille solaire

... Le cycle de la matière / Ce forum traite de sujets sur la deuxième partie du Livre de Vie de l'Agneau.
Répondre
Avatar du membre
Julien
Administrateur
Messages : 514
Enregistré le : 02 sept. 2012, 18:15
Genre : Homme
Lecture du LVA : 15 mai 2005
Localisation : AUBE
Âge : 35
Contact :

Position de Pluton dans l'ordre ancien de la famille solaire

Message par Julien » 19 sept. 2015, 11:20

Ce n'est peut-être pas très nouveau, mais je profite des dernières photos de Pluton prises par la sonde New Horizons de la NASA en juillet 2015 pour confirmer sa position dans l'ordre premier de la famille solaire suivant les explications du Livre de vie. La taille approximative de pluton est bien légèrement inférieur à celle de la Lune.

Les images témoignent également, par les vastes zones montagneuses observées sur Pluton, de l'enseignement sur les formations géologiques, particulièrement de la rétraction des couches du manteau pendant une période glacière, du refroidissement rapide de Pluton qui a quitté son anneau lors de l'explosion atmosphérique du Soleil. Ainsi que de la grande quantité d'eau que Pluton a reçu de la nébuleuse solaire... et sans doute de nombreuses autres choses à développer un peu plus.
Voir des articles montrant les magnifiques photos de Pluton et de son relief :
https://www.futura-sciences.com/magazin ... efs-59805/
https://www.20minutes.fr/sciences/16853 ... lees-glace

Citation du Livre de Vie de l'Agneau :

Chapitre 31 : Le chambardement
L’ordre premier (16) Connaissant le contexte dans lequel se produisit le bouleversement des satellites, nous pouvons maintenant reconstituer l’ordre premier de la famille solaire, pour voir quelle était la place de nos astres avant l’explosion atmosphérique du Soleil. En fonction de ce que nous avons appris et de ce que nous observons d’eux, nous pouvons les ranger comme ceci :
Image
40 – L’ordre ancien et présumé de la famille solaire
Cet ordre, qui est conçu selon la taille approximative du noyau des astres, ne signifie pas qu’il soit rigoureusement exact ; car nous savons que dans une famille humaine par exemple, la taille des enfants n’indique pas toujours l’ordre de leur naissance. Mais il y a d’autres raisons pour que nous reconstituions cet ordre ainsi, et nous allons les voir. Pour avoir une référence, gardons-le cependant tel qu’il est et examinons ce qu’il est devenu.

(17) Une planète ou un satellite est forcément une sphère métallique, froide intérieurement, entourée d’un léger manteau et pouvant être brisée. Si donc l’on admet qu’avant le chambardement il y avait un astre à la place de la ceinture d’astéroïdes, on en conclut que cet astre inconnu fut heurté de plein fouet et brisé par un autre astre. Il se peut également que seul le noyau de cet astre fut chassé pendant que le manteau resta sur place, brisé en milliers de morceaux. Ce noyau qui aurait été fortement poussé par Mars en l’occurrence, pourrait être Pluton que l’on retrouve aujourd’hui aux confins de la famille solaire. Si la taille de ce dernier est proche de celle de la Terre, il s’agit bien de cet astre qui fut chassé par Mars. Au contraire, si sa masse est beaucoup plus petite et légèrement inférieure à celle de la Lune, alors il s’agit de l’astre dernier-né du Soleil (comme sur la figure) qui fut chassé fort loin.

(18) On remarque sur cet alignement, que la Terre était placée au centre du nombre des satellites du Soleil. Cette position est privilégiée, parce qu’il est évident que le souffle de l’explosion ne déplaça pas la Terre comme il déplaça les astres qui se trouvent en deçà et au-delà de sa position. En effet, ceux qui se trouvent entre elle et le Soleil furent plus fortement bousculés que ceux qui viennent après elle. On comprend alors que Pluton peut-être, la Lune, Mercure, et Mars certainement, furent chassés de leur anneau et se refroidirent. Tandis que Vénus, la Terre, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune ne l’ont point fait, en étant moins dérangés par le souffle qui était davantage atténué. Poussée par ce vent, la Terre ne quitta pas son anneau, elle le déforma seulement. C’est pourquoi elle fit des va-et-vient auprès du Soleil que nous examinerons dans le détail, car ce sont eux qui façonnèrent son visage, en raison des gros écarts de température qu’elle connut.
Le changement d’ordre (19) PLUTON, probablement dernière-née et plus proche du Soleil, fut chassée aux confins de la famille solaire. Si elle était la planète inconnue heurtée par Mars, il en fut de même. Quoi qu’il en soit, cet astre fut fortement poussé au loin et placé, de ce fait, en orbite inclinée par rapport au plan des anneaux du Soleil.

(20) LA LUNE est soeur des autres planètes, et l’une des dernières-nées. Elle fut projetée fortement par le souffle de l’explosion atmosphérique. A la suite de son déplacement assez périlleux, sur lequel nous reviendrons bientôt, elle fut finalement interceptée par la Terre qui la capta avec sa puissante magnétosphère.

(21) MERCURE est une petite planète, approximativement deux fois plus grosse que la Lune. Son orbite inclinée par rapport au plan des anneaux solaires, témoigne d’un choc avec un autre astre (avec Mars probablement) qui la fit rebondir et revenir là où elle se trouve aujourd’hui.

(22) MARS, plus grosse que Mercure et deux fois plus petite que Vénus, se trouvait certainement entre Mercure et Vénus. Sans doute heurtée dès le départ par Mercure, cette planète dépassa Vénus et la Terre sans encombre. Il est cependant fort possible qu’elle ait ensuite heurté de plein fouet la planète inconnue, qui serait l’origine des morceaux qui composent la ceinture d’astéroïdes. Mars serait alors restée presque sur place, elle n’aurait eu qu’un léger recul qui la positionna où elle se trouve. La faille, large et profonde, qui coupe son manteau refroidi, témoigne d’une forte collision. Deimos et Phobos, satellisés autour de Mars, ne sont pas deux petits astres mais deux fragments de croûte qui attestent également et fortement ce qui vient d’être dit.

(23) VÉNUS, plus grande que Mars et quasiment de la taille de la Terre, a certainement côtoyé notre planète de bien près. En effet, plus fortement bousculée que la Terre, cette planète fit des va-et-vient comme elle, mais de plus grande amplitude. Disons qu’elle a alterné de part et d’autre de son orbite sur laquelle elle finit par se stabiliser. Cette orbite circulaire que nous lui connaissons aujourd’hui, indiquerait que cette planète ne connut point de collision avec un autre astre. Quoiqu’il fut, il semble que Vénus n’ait point quitté son anneau, car sa gigantesque atmosphère témoigne d’un intense volcanisme.

(24) LA TERRE a également effectué des va-et-vient que nous étudierons, mais qui furent moins prononcés que ceux de Vénus. Elle ne quitta donc pas son anneau originel, elle le déforma seulement. Ce qui la sauva du refroidissement et lui donna un visage exceptionnel.

(25) LA PLANÈTE INCONNUE était, comme on vient de le voir, un astre qui devait se trouver entre la Terre et Jupiter. Si cela fut ainsi, cet astre était forcément chaud extérieurement comme Jupiter, et possédait certainement des petits satellites qui seraient restés sur place lors du choc avec Mars. Ceux-ci se trouveraient alors parmi les fragments de cet astre brisé, qui composent aujourd’hui la ceinture d’astéroïdes.

(26) JUPITER, SATURNE, URANUS, NEPTUNE plus âgées, plus grosses et plus éloignées du Soleil que les planètes intérieures, ont fort peu bougé par rapport aux autres et n’ont pas quitté leur anneau. Leurs mouvements de part et d’autre de leur orbite contemporaine étant négligeables, ces astres ne cessèrent de monter en température et de croître en conséquence.
Le nouvel ordre (27) Bien qu’incertain, l’ordre premier de la famille solaire est fort proche de la vérité, ainsi que le périple des astres qui changea cet ordre. Mais il importe peu de savoir exactement qui était où avant l’explosion atmosphérique, et qui a fait quoi dans le désordre qui suivit cette explosion. Ce qu’il convient de saisir, c’est que l’ordre premier fut quelque peu différent de celui de nos jours, et que la Lune est soeur de la Terre. Il est également incontestable que les astres qui quittèrent leur anneau se refroidirent immédiatement et restèrent tels quels, alors que ceux qui ne le quittèrent point montèrent en température et continuèrent leur évolution. Voici donc le nouvel ordre qui s’est créé dans la famille solaire :
Image
41 – L’ordre nouveau de la famille solaire
(28) En alignant cette fois nos astres dans cet ordre qui est celui de nos jours, nous remarquons que si la Lune est restée dans le monde solaire, Pluton a peut-être déjà changé de monde ; parce que cet astre pourra être dérangé puis capté par Neptune lorsqu’il s’éclairera ou par l’un de ses satellites auxquels il sera mêlé. Pluton n’est pas sur un anneau du Soleil, car le plus lointain de ses anneaux est occupé par Neptune. Il est donc instable sur son orbite et ne restera pas toujours ainsi. Un astre peut donc passer d’une famille (la famille solaire) à une autre famille (Neptune) par ce biais, comme le font parfois des corps solides arrachés aux astres lors de chocs dus au chambardement. Alors, on dira : si Pluton ou un autre astre peut passer du monde solaire dans le monde de Neptune, peut-on être sûrs que la Lune ne vient pas du monde de l’étoile mère du Soleil ? Je réponds que si tel est le cas pour la Lune, celle-ci est alors plus âgée que la Terre. Mais un de nos astres peut également venir de très loin, et même de plus loin que l’étoile grand-mère du Soleil. Car, lorsque Neptune brillera par exemple, Pluton pourra être repoussé plus loin encore en étant capté par cette étoile nouvelle. Puis l’une de ses planétoiles pourra le repousser encore, et ainsi de suite...

(29) Les astronomes constatent, étonnés, que Pluton est une planète aussi brillante qu’une étoile. Ce qui sera expliqué ; parce que nous verrons que cet astre, qui s’est entièrement refroidi après avoir quitté son anneau et qui occupe désormais une région du ciel où la température est très basse, est entièrement recouvert d’un océan de glace. Cela étant, le rayonnement solaire nous est renvoyé par Pluton comme il le serait par un miroir. D’où son aspect quasi stellaire.

Daniel
Messages : 150
Enregistré le : 08 juin 2013, 12:09
Genre : Homme
Lecture du LVA : 01 déc. 2005

Re: Position de Pluton dans l'ordre ancien de la famille solaire

Message par Daniel » 19 sept. 2015, 19:30

Sympa les photos de la petite soeur! (!!42)

Il n'y a pas longtemps j'ai eu l'occasion de voir de belle photos de Jupiter prise par la NASA cette années et dont la netteté était bien agréable à voir. Si je les retrouve je les poserais.Si quelqu'un les connais et sait ou elles sont ils peut les poser à ma place s'il le désire.

Répondre